Quel radiateur électrique choisir pour sa maison ?

Faut-il privilégier le chauffage électrique ? Il convient de n’opter pour un radiateur électrique dans votre maison qu’à la condition essentielle que votre domicile soit correctement isolé. En matière de coût et d’impact environnemental, l’énergie électrique n’est pas la mieux adaptée. Il n’empêche que dans certains cas, un choix différent n’est pas possible, notamment dans les cas suivants :

  • vous êtes locataire,
  • votre logement est déjà équipé d’un chauffage électrique,
  • vous ne souhaitez pas faire de gros frais,
  • vous n’avez pas d’accès au gaz.

radiateur électrique, maison,coût chauffage électrique,chauffage électriq

Pour quelle émission de chaleur ?

Tous les radiateurs électriques destinés à la maison produisent la même quantité de chaleur, mais la différence va se situer au niveau du type d’émission de cette chaleur. On en dénombre trois :

  • le rayonnement : la chaleur est transférée à distance par des ondes, à l’instar de la chaleur que l’on peut ressentir en s’approchant d’un feu. C’est le chauffage le plus agréable des trois,
  • la conduction : la chaleur est transférée sans déplacement de matière, à l’instar d’une barre métallique que l’on chauffe à un bout, puis la chaleur se transmet à l’autre bout,
  • la convection : la chaleur est transférée avec déplacement de matière, en chauffant l’air ambiant. L’inconvénient est la sensation de pieds froids et de maux de tête que cela procure, car la chaleur monte vers le plafond.

Les réglages

Les radiateurs électriques dans une maison doivent être régulés par au moins quatre modes de fonctionnement « confort », « réduit », « hors-gel » et « arrêt », et s’ils possèdent d’autres fonctions (soufflante, sèche-serviettes, etc.), ils doivent disposer d’une minuterie.

Pour quel radiateur électrique ?

  • Convecteurs : L’air y est réchauffé grâce à des résistances électriques et va circuler de bas en haut du radiateur. Avantages : permet de réchauffer rapidement une pièce, simple à entretenir. Inconvénients : chaleur sèche donc désagréable, mal répartie, déplacements de poussières, consommations électriques très élevées. Prix à partir de 20 euros.
  • Panneaux rayonnants ou radiants : soit, une plaque chauffée par une résistance et protégée par une grille, soit une plaque de verre diffuse leur chaleur aux corps, objets et parois environnants, qui prennent le relais pour réchauffer l’air ambiant. Avantages : la chaleur est assez homogène, un radiateur permettant de chauffer 15m², simple d’entretien. Inconvénients : plus encombrant que des convecteurs, le coût du chauffage électrique est élevé. Prix de 60 à 1 000 euros pour 1 000 W.
  • Inertie : les radiateurs sont chauffés par une résistance électrique. La chaleur y est stockée et lentement diffusée. Ils peuvent être en fonte, en céramique stéatite ou en fluide caloporteur. Les radiateurs à bain d’huile qui sont des radiateurs d’appoint fonctionnent sur ce même principe. Avantages : ils ont le même confort thermique qu’un radiateur à eau, la chaleur y est homogène, la température ne peut pas varier brusquement, la température ‘de confort’ peut être abaissée de 1 ou 2 °C. Inconvénients : ne permet pas de bénéficier des tarifs Heures Creuses. Prix : de 150 à 1 200 euro pour 1 000 W.
  • Accumulation : fonctionne comme les radiateurs à inertie mais avec plus de capacité de stockage. Ces radiateurs pèsent plus de 100 kg et mesurent 25 cm de large. Utilisation de briques réfractaires à haute densité. Le plus souvent, un ventilateur diffuse la chaleur. Avantages : chaleur agréable et homogène dans toute la pièce. Il permet de bénéficier des tarifs Heures Creuses pour se recharger, donc économique. Inconvénients : imposant et peu esthétique, Prévoir un abonnement HP/HC d’une puissance plus importante dont le prix est plus élevé. Prix : 1000 à 2000 euros pour 1000 watts.

Pour quel abonnement ?

Deux options sont disponibles à l’offre :

  • L’option de base dans laquelle le prix du kWh électrique est le même tout au long de l’année.
  • L’option Heures Pleines et Heures Creuses avec un tarif différent selon les heures.

Il est recommandé de choisir la deuxième option dans le cas d’un équipement à accumulation ou d’appareils très consommateurs d’énergie, qui sont programmables pendant les heures creuses. L’abonnement est plus élevé qu’en option de base mais le prix du kWh électrique est bien évidemment plus faible pendant les heures creuses. Le prix du kWh électrique en heures pleines est le même que pour l’option de base.

Quelle puissance choisir ?

Pour calculer correctement la puissance à souscrire avec un chauffage électrique, il faut tenir compte de plusieurs éléments.

  • Le volume de l’ensemble des pièces à chauffer (surtout en cas de chauffage au sol),
  • l’isolation du logement, peu, moyennement ou très performante,
  • la situation géographique.

Des sites permettent d’établir des devis en ligne, après y avoir renseigné l’ensemble des informations relatives à votre domicile.

Pour quelle pièce ?

Selon le type de pièce, un même modèle de radiateur ne conviendra pas : il faut prendre en compte le volume, mais aussi le taux d’occupation et la température, car on chauffe moins une chambre à coucher qu’un séjour, ou une salle à manger.

Dans les pièces à fort taux d’occupation (salon, salle à manger), il convient d’installer des radiateurs à inertie ou à accumulation. Dans les pièces qu’il est nécessaire de moins chauffer (chambres à coucher), il convient de privilégier des panneaux rayonnants. Dans les pièces occupées très ponctuellement (salle de bains), un sèche serviette fera l’affaire, avec une fonction soufflerie qui permet de rapidement faire monter la température de la pièce.

Bon à savoir

  • Il vaut mieux placer les radiateurs sur un mur extérieur, afin de réduire le passage du froid venant de l’extérieur. Si le mur n’est pas correctement isolé, il est conseillé de placer une plaque en aluminium avant de fixer le radiateur.
  • Afin de réduire la facture d’électricité, il est conseillé de régler la température intérieure en fonction de la température extérieure : la réduire quand il fait chaud dehors et l’augmenter quand il y fait froid.
  • Il faut veiller à laisser l’espace dégagé devant les radiateurs et ne pas les couvrir.
  • Il est faux de penser que monter le thermostat au maximum va permettre de chauffer une pièce plus rapidement, car la température montera trop. Pour cela, placez des radiateurs connectés qui vous faciliteront le réglage.
  • Il ne faut pas éteindre les radiateurs quand on s’absente en journée, car un lieu mal isolé se refroidira vite. Remettre la bonne température ensuite, engendrerait un coût de chauffage électrique plus important.
  • Chauffer les pièces à vivre à 19 °C, les chambres à 16 °C, les salles de bains en utilisation à 22 °C, pour une absence supérieure à 2 h à 16 °C, pour une absence de plusieurs jours à 12 et 14 °C.
  • Faites confiance aux certifications gages de qualité et au label performance NF catégorie C qui satisfait aux exigences de la RT réhabilitation. Plus d’informations à travers ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *